Menu

Déchets marins : le nouvel enjeu au Québec

Sainte-Luce-sur-Mer, le 28 février 2016 – Deux biologistes de l’entreprise M – Expertise Marine ont complété avec succès la prestigieuse formation du Programme des Nations Unies pour l’environnement pour s’attaquer au problème des déchets marins.

DSC_0628

Ce programme du PNUE avait pour but de stimuler le leadership et d’offrir des opportunités de créer du changement face à cet enjeu global, en couvrant les thématiques de dynamique et gestion des déchets marins.

« Les déchets marins représentent une menace croissante pour les environnements côtiers. La grande majorité des déchets consistent en des matériaux qui se dégradent très lentement, ou pas du tout. Malheureusement, nous continuons de produire de plus en plus de ces déchets et débris plastique, qui s’accumulent dans nos océans. Toutes les études nous prouvent que la situation s’empire d’année en année. » soutient Lyne Morissette, directrice générale de M – Expertise Marine et diplômée de ce nouveau programme de l’ONU.

Les deux expertes offriront des activités de formation adaptées pour les milieux municipaux et les acteurs environnementaux de différentes organisations afin de leur donner les outils pour s’attaquer au problème. L’objectif de l’entreprise et de former un maximum de personnes et d’intervenants afin de libérer le Québec de ce fléau et réduire notre impact planétaire.

« À l’heure des enjeux internationaux, il est grand temps de redéfinir nos objectifs par rapport à la problématique de la gestion des déchets marins. Ceux-ci doivent être considérés à tous les niveaux décisionnels, du citoyen jusqu’aux élus, tant en milieu terrestre que marin » souligne Amélie Robillard, biologiste spécialiste de ces enjeux pour M.

Mesdames Morissette et Robillard lancent un appel à la population et invitent les décideurs à manifester leur intérêt pour des formations qu’elles pourront aller donner sur place, au sein de leur entreprise ou organisme. « Tout le monde est concerné par cette problématique : les municipalités, le secteur maritime, les entreprises, et les citoyens. Le défi sera d’adapter les formations en fonction des intérêts et enjeux de chaque organisation » conclue Dr. Morissette.

La réservation des formations peut se faire ici.

PHOTO : Amélie Robillard et Lyne Morissette, nouvelles diplômées de l’ONU

Crédit photo : Caroline Jacques

Les commentaires sont fermés.