Menu

Les chercheurs doivent-ils sortir de leur tour d’ivoire?

ivory-towerÀ l’initiative de l’Université Laval et du Musée de la civilisation, les premières Rencontres science et société de Québec auront lieu le 28 novembre de 10 h 00 à minuit, au Musée. Elles seront, pour les chercheurs et apprentis chercheurs scientifiques de la région de Québec, une occasion privilégiée de rencontrer leurs concitoyens, jeunes et moins jeunes, afin de discuter science, recherche, innovation, éthique et avenir. Dans le cadre des tables rondes offertes lors de cet événement, Lyne Morissette, PDG de M – Expertise Marine et membre du Cercle scientifique de la Fondation David Suzuki participe à une table ronde organisée par l’Agence Science Presse à l’occasion de ses 35 ans:

 

 

Les chercheurs doivent-ils sortir de leur tour d’ivoire?

Jeudi 28 novembre, Musée de la civilisation, Auditorium Roland Arpin, 17 h 30 – 18 h 30. Entrée libre.

bandeau_science_societeL’implication sociale du scientifique ne fait pas l’unanimité, en partie parce que le rôle du scientifique n’est pas toujours bien compris du public, mais aussi parce que beaucoup de gens ont des définitions différentes de ce qu’est une « implication sociale ».Nous n’avons pas la prétention d’offrir une définition, mais à travers notre lunette de média qui fête ce mois-ci son 35e anniversaire, nous avons accumulé une impressionnante liste d’exemples et de contre-exemples.Alors que pour certains chercheurs, une implication sociale se résume à faire une communication dans un congrès ou à accorder une entrevue de temps en temps à un média, l’émission Je vote pour la science, consacrée aux liens entre science et politique, a vu défiler à elle seule depuis 5 ans des gens qui, depuis les murs de l’université, défendent le concept de gouvernement ouvert, une agriculture urbaine, une science moins orientée « profit »… ou, à l’inverse, le développement d’une fibre entrepreneuriale chez leurs étudiants. D’autres aussi qui, forts d’une formation en science qui les a conduits ailleurs, dénoncent notre dépendance au pétrole, la pauvreté chez les enfants ou le droit à mourir dans la dignité. Et d’autres enfin, qui descendent dans la rue pour dénoncer les coupures du gouvernement Harper. À l’heure où les enjeux sociaux relèvent souvent de la science, quelle est la place des chercheurs? Devrait-on les inciter à davantage intervenir sur la tribune publique? En se prononçant sur ces enjeux, « sacrifient-ils leur objectivité »? La discussion est lancée!

Les commentaires sont fermés.