Menu

La rimouskoise Lyne Morissette est honorée par la Fédération Canadienne de la Faune pour sa contribution exceptionnelle à la conservation des ressources naturelles au pays

C’est lors du banquet annuel de la Fédération Canadienne de la Faune que Mme Morissette, une chercheur en biologie marine de Rimouski, a reçu l’un des prix les plus prestigieux de la conservation au pays. Octroyé pour la première fois en 1978, ce prestigieux honneur est remis annuellement en reconnaissance du dévouement d’une personne à la promotion et la l’amélioration de la conservation des ressources naturelles au Canada. Lyne Morissette devient ainsi la plus jeune récipiendaire de l’histoire de ce prix, en plus d’être l’une des seules femmes, et l’une des seules à travailler à la conservation des océans à se voir mériter cet honneur.

« Recevoir ce prix en tout début de carrière, et ainsi joindre les rangs de ministres et autres illustres personnages qui ont consacré une vie toute entière à la cause de la conservation, c’est une marque de reconnaissance incroyable. »

commente la femme de 38 ans, à son retour de Winnipeg.   La fédération canadienne de la faune souligne que Lyne Morissette est un membre actif de la communauté scientifique qui a donné une lueur d’espoir aux espèces en danger, suite à des années de travail et d’engagement pour la conservation.

« Cette femme va changer le monde, et il lui reste amplement de temps pour le faire! »

soulignaient les membres du comité de sélection de ce prestigieux prix à la Fédération canadienne de la faune. Dr. Morissette a grandi le long du Saint-Laurent et a développé une passion pour l’écologie marine dès son plus jeune âge. Cet intérêt a grandi, culminant en une carrière couronnée d’un doctorat, mais aussi d’une spécialité en conservation des écosystèmes marins ainsi qu’une réputation internationale. Ses travaux de recherche ont été publiés dans des journaux prestigieux, et elle se dévoue aussi volontairement au sein d’organisations environnementales comme la Fondation David Suzuki, et du Réseau d’urgences mammifères du Québec.

Recevant le prix à la veille de la Journée mondiale des océans, la récipiendaire a souligné l’importance de protéger le Saint-Laurent et ses richesses pour les générations futures, et d’opter pour des façons novatrices de faire une différence pour la planète. « La recherche, c’est très important. Mais de communiquer ce savoir au grand public, et d’aller transmettre notre passion aux jeunes dans les écoles l’est tout autant » mentionne Dr. Morissette.

L’éducation au grand public est au centre des travaux et actions de Lyne Morissette; elle est actuellement directrice scientifique chez ÉcoMaris, un organisme à but non lucratif visant à améliorer nos connaissances du Saint-Laurent comme d’une ressources écologique importante, et d’un plan d’eau qui a forgé la culture et l’histoire du Québec.   Elle travaille à développer un réseau de recherche sur les baleines migratrices, principalement les baleines à bosse, de leur aire d’alimentation dans le Saint-Laurent jusqu’à leur aire de reproduction dans les Caraïbes. Lyne Morissette est maintenant à la tête de M, une entreprise de recherche en sciences marines et en communication scientifique, basée à Sainte-Luce-sur-Mer.

Après un court passage dans sa région natale, elle retourne à Montréal donner une conférence avec la rameuse océanique Mylène Paquette, le 14 juin prochain, dans le cadre du festival Euréka et de la Semaine du Saint-Laurent de la Fondation David-Suzuki.

Les commentaires sont fermés.